Publié par harkia le

Flamant rose
Le flamant rose
Chapitre 1 : L’église en pierre

    Il était une fois l’histoire d’un homme qui se métamorphosa en flamant rose.

    De toute les choses incongrues qui lui arrivèrent dans sa vie, celle-ci fut de loin la plus troublante. Devenir un flamant rose — si l’on puit dire — était à 20 000 lieues dans les airs de ses ambitions de départ. Mais après tout pourquoi pas, devenir une gerbille ou un concombre de mer eût été plus fâcheux.

    Tout commença lors d’une visite dominicale dans la petite ville de Sainte-Maries-de-la-mer. Un bourg sans prétention mais qui devint au fil des ans un lieu touristique, notamment à cause de son église construite avec un matériaux — selon les habitants de cette ville — assez exotique : la pierre. Naturellement, le caractère marginal de la pierre ne lui sauta pas aux yeux, il en vint donc à douter de la bonne santé mentale de ces habitants en apparence comme tout le monde. “Vous ne la voyez pas comme nous la voyons, vous n’avez pas encore déployé votre âme”, voilà la réponse qu’il eut de la part de plusieurs personnes.

    Passé ce petit moment d’inconfort, il décida de visiter la ville et de prendre de la hauteur afin d’admirer le panorama des toitures orangées ainsi que le bleu de la mer et du ciel.

Chapitre 2 : Le vieil homme

    Un vieil homme, sortit d’une porte dérobée, interrompit notre touriste dans sa contemplation.

    — Mon enfant, rester trop longtemps sur le toit de cette église peut à tout jamais altérer ta condition.
    — Pardon ?
    — Vois-tu, cette église est magique, ses pierres ont en elles une essence qui pourrait te transformer en quelque chose d’indésirable !
    — Et en quelle genre de chose ? répondit-il, perplexe.
    — Ohh, je ne sais pas, cela varie pour chacun. Mais c’est généralement un animal.

    Sur ces paroles préventives, le vieil homme fit le chemin inverse jusqu’à disparaître sous les pierres de l’église en empruntant ce qui semblait être un étroit escalier en colimaçon. Quand l’homme décida de le suivre, il se heurta à un mur de pierre sans perspective de sortie. L’étrangeté de la situation ne le troubla qu’un instant, car il avait mieux à faire que d’accorder crédit à un vieux fou.

    Bien malheureux est celui qui n’écoute pas les paroles de celui qui met en garde.
    L’homme se perdit à nouveau dans la contemplation du paysage offert par le toit de l’église. Tout arriva si vite qu’il n’eut pas le temps d’être troublé. Une légère brume dans sa tête, le frémissement à peine visible de la pierre, et une élévation de plus de 20 mètres dans les airs. Notre homme était devenu en l’espace de quelques secondes, un flamant rose.

    Le changement de condition n’eut pas d’effets vraiment indésirables, si ce n’est le besoin pressant d’aller retrouver non loin de là, ses confrères.

Flamant rose

    Fort heureusement, non loin du village de Sainte-Maries-de-la-mer, se trouvait une réserve abritant toute sorte d’oiseaux en mesure de l’accueillir parmi eux. Jacquie, le héron cendré, fut le premier à apercevoir la venue d’un nouveau membre dans la communauté.

Héron cendré

    Notre homme flamant dû se familiariser avec une coutume peu orthodoxe qui changeait de ses habitudes : le bonjour de la main avait été remplacé par un lever de jambe qui rendait hommage à la géométrie.

Flamant rose

    Très vite notre ancien homme oublia les souvenirs de son ancienne vie. À l’instar de la nourriture cachée au fond de l’étang, ses anciens amis et sa famille s’effacèrent de son esprit jusqu’à devenir invisibles. Tous furent remplacés par des confrères lui ressemblant comme deux gouttes d’eau, tous unis et solidaires dans un monde dominé par l’homme.

    Mais une chose ne changea pas. Sa vie antérieure avait beau être complètement différente de la nouvelle, un phénomène refit immédiatement surface. Comme le flamant rose qui va chercher du fond de l’étang la crevette, notre homme fit resurgir dans sa nouvelle vie l’amour.

Flamant rose

    Elle était belle et douce comme le miel, et s’il eût pu avoir conscience de son étrange métamorphose, il n’aurait pas été si malheureux, car la pierre transforma sa peau en un plumage rose qui lui offrait désormais la chance de s’acquitter de sa vie morose d’être humain prisonnier de la gravité. Il allait pleinement pouvoir s’offrir au ciel et prendre son envol. Et avec un peu de chance et de charme, le faire avec elle.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *